Le signe de la Croix, selon sainte Marie de l’Incarnation

©Mathieu-N-J Langlois 2017 — Détails d’un vitrail de l’église Saint-Dominique, à Québec, Québec.


Les écrits de sainte Marie de l’Incarnation, mère de l’Église canadienne, la Thérèse du Nouveau-Monde, sont une véritable mine d’or autant d’un point de vue historique que d’un point de vue mystique. Il a été dit par plusieurs que le plus grand homme de Nouvelle-France est une femme ; en effet, elle place la barre assez haut. D’autres ont décrétés qu’elle doit être considérée sur le même pied d’égalité que Descartes et Pascal ; cette remarque, je crois, n’est flatteur que pour nos deux philosophes.

Voici donc un extrait de ce que cette grande mystique (qui devrait être proclamée docteur de l’Église) enseigne au sujet du signe de la Croix, dans son excellent catéchisme.


Explication du signe de la Croix

La croix est le signe de la milice chrétienne, à l’ombre duquel les fidèles se retirent comme des soldats sous l’étendard de leur chef, quand ils sont attaqués de leurs ennemis, ou qu’ils se trouvent engagés en quelque péril. 

Ce signe salutaire nous fait ressouvenir des deux principaux points de notre foi, qui sont les mystères sacrés de la très-sainte Trinité et de l’Incarnation du Sauveur.

Quand nous faisons ce signe, nous mettons la main au front, qui est la plus haute partie du visage, en disant : Au nom du Père, pour nous apprendre que le Père est la première personne de la Trinité et le principe des deux autres.

Nous l’abaissons ensuite au dessous de la poitrine, en disant : Et du Fils, pour nous apprendre qu’encore que le Fils soit l’égal au Père en toute choses, il s’est néanmoins abaissé dans son incarnation.

Enfin, nous portons la main de l’épaule gauche à la droite, en disant : Et du Saint-Esprit, ce qui signifie que le Saint-Esprit tient comme le milieu entre le Père et le Fils, et qu’il est le lien, c’est-à-dire, l’amour de tous les deux.

Nous portons la main de la gauche à la droite, et non de la droite à la gauche, d’autant que le Verbe incarné nous a transporté par la vertu du Saint-Esprit qu’il nous a mérité, du péché à la grâce, de la mort à la vie.


Catéchisme de la vénérable (sic) mère Marie de l’Incarnation


Publié par Mathieu-N-J Langlois

Épris de philosophie, avec un petit penchant thomiste, il apprécie le chant grégorien, la théologie, la poésie, la photographie, la randonnée et l'histoire ; surtout celle du Canada et de l’Église. C’est le désir de partager ce qu'il a récolté çà et là qui l'a finalement décidé à écrire.

Un avis sur « Le signe de la Croix, selon sainte Marie de l’Incarnation »

  1. « Le Saint-Esprit tient comme le milieu entre le Père et le Fils, et qu’il est le lien, c’est-à-dire, l’amour de tous les deux. » Sainte Marie est très perspicace. Je n’avais jamais considéré la signification du Saint-Esprit entre le Père et le Fils dans le signe de la Croix. Merci pour ce partage!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :